Cessions de territoire

 

La première modification du territoire intervient en 1858, la commune de Cognehors est supprimée le 21/05/1858, et son territoire  est partagé entre les communes de La Rochelle, Dompierre et Périgny. La partie restante du territoire forme la commune de Puilboreau avec des sections distraites des communes de Lagord et Dompierre. Périgny s'agrandit du quartier de Rompsay tout en perdant la partie dite du Petit Marseille.

Amputation volontaire du territoire communal

Le 7 juin 1972, le Conseil municipal de Périgny votait le vœu présenté par le maire, Emmanuel Suire, pour le rattachement à la ville de La Rochelle de la partie de la commune située à l’ouest de la déviation de la N 137 et ce jusqu’au canal. Sur 17 votants, il y eut 15 voix pour, 5 contre, 1 bulletin blanc. Étaient présents en plus du maire, François Martin, adjoint, Guy Battu, adjoint, Émile Damour, Yvon Marchais, Auguste Boilard, Michel Rogeon, Roger Brothier, Marcel Bénéteau, Eugène Françoise, Jeanty Ploquin, François Doublet, Raymond Denier, François Ferrand, Charles Larmet, Guy Leray, Sylvette Ploquin.

La cession ne fut officielle qu’après le recensement en 1975. Elle ramena la superficie de la commune à une dizaine de km2. La population de la commune allait ainsi retomber à 3455 habitants en 1982 après avoir dépassé les 6900 en 1975.

Pourquoi  un tel vœu ? Peut-on supposer que le déficit prévisible de l’urbanisation de  Villeneuve des Salines y était pour quelque chose ?

En effet, la Cour des Comptes constatait en juin 1977, « le déficit de la ZUP de Villeneuve des Salines est donc simplement  transféré au budget général du SIVOM et de l’État, provisoirement et pour partie. Certes, cette charge est étalée sur plusieurs années grâce au recours à l’emprunt. Mais en fin de compte, c’est à l’augmentation de la fiscalité directe qu’il faudra faire appel. En 1975, en effet, et sans tenir compte de l’annuité du nouvel emprunt de 7 033 000 F, la charge de la dette s’élevait à 5 570 000 F alors que les impositions directes mises en recouvrement par le syndicat étaient chiffrées à 8 444 000 F ».

Les déficits ne seraient plus supportés par la commune de Périgny que  pour sa part dans le SIVOM. D’autre part, la taxe professionnelle amenée par la Zone Industrielle fut encore versée à la commune jusqu’en 1992. Cette décision, tout en maintenant à l’écart du territoire communal la population ouvrière-supposée mal intentionnée du point de vue électoral- permit aussi d’enrichir la commune.

En 1982, la portion comprise entre la route de la Jarne  à Dompierre (CD 111) et la route de Saint-Rogatien à Bourgneuf (CD 203) était rattachée à Saint-Rogatien.

Désormais le territoire de la commune mesure un peu moins de 11 km2 (1048 hectares).

 

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau