chapitre cinquième : choses d’autrefois

Les remparts

Fortifié depuis l’origine, le bourg eut sa dernière ceinture abattue sur ordre royal en 1628.

Les fours

2 fours banaux existaient : celui de Dirac et celui de la Commanderie.

Les moulins

Chaque seigneurie avait son moulin banal. Au Pontreau, le moulin à eau servait « à battre la serge et autres étoffes du pays ».

Le lavoir

Alimenté par un puits le lavoir se trouvait sous les halles. Il fut comblé [lavoir et puits] en 1822 et remplacé [le puits] par une fontaine actionnée par une pompe en cuivre.

Les halles

À l’emplacement actuel de la mairie. Propriété en 1682 de l’ordre de Malte. Elles étaient le siège de la juridiction des seigneurs commandeurs. Elles furent détruites en 1912.

L’église

De style roman aux XIIème et XIIIème siècles, elle fut pillée et brûlée pendant la guerre de Cent-Ans, réédifiée en style gothique et fortifiée aux XIV et XVème siècles.

Totalement ruinée en 1640 après les guerres de religion, interdite au culte de 1793 à 1803 elle fut dotée d’une nouvelle cloche en 1808 et reconstruite en 1868. Le donjon fut inscrit à l’inventaire supplémentaire des bâtiments historiques en 1925. La tour octogonale fut abîmée pendant la seconde guerre mondiale et reconstruite en 1952. Des travaux importants de restauration furent réalisés en 1992.

Les curés et les vicaires de Thairé

Liste de 15 curés ou vicaires de 1133 à 1836.

La mairie

En 1833, le Conseil municipal décida de quitter son ancien et vétuste bâtiment proche des halles et de construire une novelle mairie, une prison et un corps de garde. En 1913, une nouvelle nouvelle-mairie fut construite à la place des halles.

La laiterie coopérative

La reconversion de l’agriculture après la crise du phylloxéra se fit vers la culture des céréales et l’élevage.Le maire Henri Roy créa en 1893 une laiterie coopérative dnt la circonscription territoriale comprenait Thairé, Croix-Chapeau, Saint-Vivien, Yves, Ballon, Ciré, Le Thou, Ardillères, Salles-sur-Mer, Angoulins. Passée à la production de fromage de type emmental dans les années 60, la laiterie cessa son activité dans les années 70.

Les souterrains

Servant de refuges, ils étaient nombreux à Thairé.

Les quartiers et les rues

11 quartiers dépendaient des Templiers : les quartiers de l’église, Notre-Dame, l’hôpital, la fontaine, du ballais, de Beauvoir, du chais-Valteau, de la cave, de Saint-Léonard, du Temple.

Rue de la casse : en Poitou, la casse ou cassis était employée comme laxatif ou c’était une ornière au milieu de la chaussée.

Les villages

Le nom « Thairé » vient peut-être de « Terre ».

Orthographes différentes de Thairé : tairé, Teyré, Terré, Terre en Aulnis, Théré, Téré.

Mortagne-la-Vieille pourrait venir de Mautitania vetuste, en latin, « terre occupée par les Maures ».

La Fondelay, sol spongieux.

La Gravelle, endroit couvert de petites pierres.

Noms de famille

Aucun nom à Thairé ne dure plus de cent ans.

Anciennes mesures

1 pied = 33 cm ; 1 toise = 6 pieds (2m environ) ; 1 carreau = 1 carré de 3 toises de côté ; 1 casseron = 50 carreaux (1800m2) ; 1 journal = 2 casserons (3600 m2) ; 1 quartier = 2 journeaux (4200 pieds de vigne) ; 1 boisseau = 50 l de blé ; 1 livre = 489 g ; 1 velte = 7,6 l ; 1 barrique = 30 veltes (228 l environ).

Toponymie locale

La chapelle de Mortagne

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau