Chapitre premier : Thairé d'Aunis ... jadis

À l’aube de l’histoire

La mer recouvrait les marais et l’emplacement actuel de Thairé était situé sur un promontoire. Un important site protohistorique a été photographié au sud de la commune (photo aérienne). On y discerne la trace de plusieurs habitations, d’un enclos et de sépultures circulaires. Les cabanes étaient rondes, creusées dans le sol. Une rigole recueillait les eaux et au centre était le foyer. Les murs étaient en bois, le toit en chaume. Les cendres des morts étaient déposées dans des urnes d’argile enterrées.

D’autres sites ont été repérés autour de la commune :

Du mésolithique (-6000), l’Atelier lithique du Petit Passage, du Néolithique, des enceintes (Fief de Saint-Maixent, Champ des grues, les Coutures, la Gravelle, les Chaintres, les Charrons, les Ardillaux, le Fief Commun), un gisement au bois de Mouillepied, des Enclos carrés (les Varennes, Saint-Maixent, les Chaintres, Moulin de la Fondelay, la Grande Aiguille, Dirac), des enclos circulaires (les Varennes, le Moulin de la Fondelay, la Fontaine du Chêne, le Prieuré, Dirac) un enclos funéraire (La Garenne), des fossés (Drac, Fief Commun) et datant de la Protohistoire, vers -1000, u site à sel (Petite Aiguille).

L’exploitation remonte à - 2050 et se prolonge jusqu’à l’invasion romaine. On a évalué à 100 000 tonnes par 100 ans la quantité de sel extraite, ce qui suppose une activité à caractère commercial.

Une villa romaine a été dégagée à Saint-Vivien.

Des sarcophages mérovingiens ont été mis à jour entre 1860 et 1910 à Sainte-Colombe (fief au nord de la commune).

Le premier millénaire

Pas de textes, mais le village primitif occupait certainement les quartiers actuels du Ballais, de la Fontaine, de Beauvoir et de la Cave.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau