Dompierre-sur-Mer 1, 2 et 3

Chapitre premier : topographie

On donna le nom « sur mer » en 1868 pour distinguer des autres Dompierre et à l’occasion de l’établissement du chemin de fer le long du canal maritime. Avant 1833, la commune avait comme limites Cognehors, Lagord et Nieul, au sud et à l’ouest. Elle est maintenant entourée de Saint-Xandre, Sainte-Soulle, Bourgneuf, Périgny, Puilboreau. C’est l’une des plus étendues et la population s’élevait à 2571 habitants en 1857 et à 1858 en 1895.

Chapitre II : fondation du prieuré du Petit Maillezais et de l’église de Dompierre, fondation de l’abbaye de Saint-Léonard des Chaumes

Peut-être un tumulus existait-il autrefois au lieu-dit « La Motte ». Le prieuré du Petit-Maillezais ne fut cependant fondé à Dompierre qu’au XIème siècle par les moines de Maillezais. Ils introduisirent la culture de la vigne.

En 1036, Eudes, ou Othon d’Aquitaine fonda, croit-on, l’abbaye de Saint-Léonard des Chaumes. Ce monastère s’affilia en 1168 à l’ordre de Cîteaux, branche de Pontigny. Il était situé sur la paroisse de Notre-Dalme de Cougnes. Richard Cœur de Lion accorda des libertés au monastère, plus tard confirmées par Othon.

L’église de Dompierre fut construite au XIème siècle.

Chapitre III : Baronnie de Châtelaillon démembrée ; Grand Fief d’Aunis ; Châtellenie de Dompierre ; familles seigneuriales : les d’Allemagne, les Vigier, les de Mareuil et les Chaudrier, leur procès ; Consistance de la terre de Dompierre (XIIIème, XVème siècles) ; transaction entre l’abbé de Saint-Léonard et le seigneur de Dompierre (1489) ; déclaration des biens de l’abbaye.

 Dompierre dépendit de la baronnie de Châtelaillon puis à la chute de la ville, du Grand-Fief d’Aunis.

Hugues d’Allemagne vendit son fief de Dompierre au comte de la Marche à qui Saint-Louis l’enleva. En 1258, il était la propriété de Geoffroy Vigier, valet. La terre fut ensuite partagée entre divers membres de la famille d’Allemagne. Geoffroy Vigier, seigneur de Dompierre et de la Faye, en 1364, vendit Dompierre à Jehan de Ladhart, prêtre anglais.

 En 1369, Charles V donna Dompierre à Raymond de Mareuil, chevalier. Il la donna ensuite à Jean Chaudrier, ce qui provoqua un procès qui dura jusqu ‘en 1399, date où il tourna à l’avantage de Mareuil et le 4 novembre 1408, son fils, Geoffroy de Mareuil vendit au roi : « toute la terre et appartenances de Dompierre en Aulnys, avec tout tel droit de seigneurie », pour trois mille livres tournoix. Le roi y renonça cependant et Geoffroy de Mareuil en était encore propriétaire en 1414.

Les terres de la châtellenie avaient néanmoins été un peu éparpillées mais les seigneuries de Grolleau, la Motte-Cajat et la Bugaudière, la Pinaudière ou Péraudière, la Tourtillière, la Rivière, l’abbaye royale de Saint-Léonard des Chaumes, la Gabardelière, Lardilles, les Douhes, Saint-Hilaire et le bailliage de Cheusses en dépendaient encore.

Chapitres suivants

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau