Les Réaux La Ballangère Varaize Le Morillon

La seigneurie des Réaux

Si on trouve les premiers Rouaux au XIVème siècle, ils portèrent d’abord le titre de seigneurs d’Aytré et des Rouhauds et ce n’est qu’en en 1651 que la seigneurie des Réaux s’individualisa par un démembrement de la Salle d’Aytré. Trois ans plus tard, elle fut érigée en châtellenie comprenant le château des Réaux, le château de Varaize et le Morillon.

Au XVIIIème siècle, la seigneurie était la propriété des Bonnemort puis des Verdelin et des Mullon. En 1807, Pierre Charles Mullon échangea les Réaux contre la Métairie de la Molière en Vendée à Pauline Bellamy de Bellefontaine. En 1838, la propriété passa au nom de Ferdinand Arnaud de Grossetière, maire d’Aré de 1848 à 1851. Achetée en 1955 par le département de la Charente-Maritime, la propriété fut démolie en 1972 pour faire place à un IME (Institut médico éducatif).

La Ballangère

Les seigneurs de la Ballangère (rue du Petit Versailes) étaient les pères Augustins de La Rochelle. Mais en 1499, c’était René Ragot, maire de La Rochelle qui  était seigneur de la Ballangère, puis en 1570, Guillaume Josse, seigneur de la Ballangère et de La Jarrie. En 1758, elle entra dans la châtellenie d’Aytré en pasant au pouvoir de Pierre Mullon. La proriété a été parcellisée après la Révolution.

La seigneurie de Varaize

Situé sur la route de Périgny, c’était une seigneurie ayant appartenu en 1539 à Louis Bouhier, échevin de La Rochelle, à son fils Pierre, licencié en droit en 1540. En 1627, Issac Guibert et en 1632 Raphaël Colin, Gabriel de Serry en 1677 et Marie Marbault en 1688 furent seigneurs de Varaize. Puis ce fut la famille La Boucherie de 1695 à 1793. Achetée par la famille Rasteau (Admyrault) la propriété fut vendue en 1881 à Jules Coffre et en 2001 à Bertrand, Député puis Sénateur de la Charente-Maritime.

Le cardinal de Richelieu s’installa à Varaize durant le siège de La Rochelle. En 1944 le château servit de PC à l’amiral Schirlitz et un blockhaus fut alors amménagé dans le parc.

Le Morillon

Mentionné dès 1110, comme préceptoire d’Aytré-Bethléem puis comme prieuré d’Odelon en 1248, cette maison noble portait à l’origine le nom de Montmorillon. Le prieuré relevait en effet de la Maison-Dieu et Hôpital de Montmorillon en Poitou et appartenait aux Augustins de La Rochelle. En 1401, le baron de Châtelaillon cèda aux Religieux de Montmorillon le droit de naufrage sur le chenal de La Moulinette.

La Métairie de Montmorillon servait de refuge aux mendiants et vagabonds ramassés à La Rochelle et transportés par barques au Morillon où les moines les occupaient à des travaux agricoles.

Avant 1792, François Louis  Jouin de la Tremblaye fut propriétaire du Morillon et vendit le domaine à Benjamin Valette qui le vendit à son tour en 1802 à Charles Pierre Pandin de Rommefort. En 1828, Clément Lorthion et Marie Turnier l’achetèrent et le revendirent en 1842 à Joseph Aristide Pillot.  Enfin, en 1903, le domaine fut la propriété de Jean Acide Dessalines avant d’être acheté par la ville de La Rochelle et revendu en 1921 à Madame Largeau puis en 1937 à la famille Mathé.

Retour à "Aytré" 'histoires des voisins)

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau