Le site à sel gaulois de l'église d'Esnandes

Dans l'ouvrage "Carte archéologique de la Gaule, Pré-inventaire archéologique, publié sous la responsabilité de Michel Provost, La Charente-Maritime,Paris 1999,  Louis Maurin décrit ainsi l'invention de ces sites à sel :

"À l’occasion de l’extension du cimetière, un sauvetage a été entrepris à 40 m environ à l’est de l’église romane, occupée dans ses environs immédiats dans l’Antiquité et au Moyen-Âge. CL. Trois fours pour la cristallisation du sel ont été découverts.

En 1987, mise à jour d’un four archaïque de l’artisanat du sel à l’époque de La Tène. Ce four à piliers destiné à la cristallisation du sel est le premier de ce type fouillé en Charente-Maritime. Après nivellement de la banche calcaire naturelle par un sédiment de terre marron mêlé de petits fragments de briquetages, les sauniers antiques avaient dressé les piliers destinés à supporter les récipients contenant la saumure. « Au milieu de ces piliers étaient jetés des petits galets de mer, ramassés probablement sur l’ancien rivage distant d’une dizaine de mètres et préalablement chauffés pour permettre la cuisson de la saumure. »(Texier). En 1992, un sondage semble avoir découvert un des emplacements où les sauniers gaulois chauffaient les galets du rivage.

En 1988 ont été mis au jour deux nouveaux fours. Le premier est apparu entier en place, sur 3,20 x 0,60 m, sous la forme d’une couche de galets brûlés mêlés avec des briquetages brisés et de nombreux tessons en connexion et manifestement in situ ;on a recueilli un pilier entier de 24,5 cm de long avec une extrémité à coupelle du type « digité 3c ». Les récipients les plus courants sont des barquettes à parois évasées ; boulettes de calage portant encore les empreintes des doigts qui les ont façonnées.

Le second four est situé à proximité immédiate. Sa fouille est inachevée. Tous les éléments en place sont comparables : un pilier entier, de 12,2 cm de long, avec une extrémité à coupelle et l’autre tripode. Trois extrémités à coupelle ont été trouvées en position verticale, insérées dans l’argile et en partie recouvertes par un lit de galets brûlés. L’emplacement de ceux-ci peut permettre d’affirmer que la position de ces bases attenantes à une portion du fût dans les trois cas, est celle de leur mise en place lors de l’installation du four par les sauniers.

Datation des fours d’Esnandes : vers 100 av. J.C. ?" 

Archéaunis, l'association des archéologues de l'Aunis, a publié en mars 2003 dans sa revue Les Nouvelles d'Archéaunis, une brochure de 42 pages, écrite par Maurice Lavergne, intitulée : Histoire du sel en Aunis, Le site à sel gaulois de l'église d'Esnandes, Les fours à sel protohistoriques (Tène II) d'Esnandes dans leur contexte géographique et archéologique, études et réflexions sur les résultats des analyses portant sur les fouilles de 1987/1988 et sur les interventions de 1990/1992, dont voici le sommaire :

I Observations sur le sel

II Le site protohistorique de l'église d'Esnandes

  • A Contexte géographique
  • B Contexte géologique
  • C Historique du site - Synthèse chronologique des divers remblais au niveau du site de l'église

III Étude des fours

  • A Four n°1
  • B Fours n°2 et 3
  • C Méthode de fouille
  • D Traitement du mobilier
  • E Diverses cuissons des terres

IV Étude du mobilier

  • A Les récipients ou augets
  • B Les piliers
  • C Étude des pâtes
  • D Les boulettes de calage
  • E Les galets brûlés
  • F Plaques d'argile non cuites
  • G Récipients

V Hypothèses sur le fonctionnement de la collecte du sel

  • A Enrichissement de la saumure
  • B Façonnage des piliers et des récipients
  • C Installation des surfaces de chauffe
  • D Récupération des pains de sel
  • E Démolition des fours après utilisation
  1. Profil du four d'Esnandes
  2. Essai de reconstitution partielle
  3. Corrélation des fragments de piliers à partir de leur base

VI Réflexions sur les sites salicoles de notre région

  • A Les sites salicoles des côtes santonnes
  • B Les sites salicoles des côtes pictonnes
  • C La zone rochelaise
  • D Réflexions sur le briquetage
  • E Réflexions sur le type de chauffe
  • F Réflexions sur le produit
  • G Réflexions sur l'habitat
  • H Réflexions sur la présence gallo-romaine sur plusieurs sites

VII Conclusion

"Le site de l'église d'Esnandes nous a fourni une grande quantité de données quant à l'organisation des fours et de leur fonctionnement ainsi que des méthodes utilisées par les saulniers gaulois, à la Tène I ou antérieurement. Il s'est avéré que leur technique, qui se différenciait de celle des autres régions, s'est étendue, en Aunis le long du rivage sud du Golfe des Pictons, jusqu'à des limites que pour l'heure nous ignorons. A-t-elle été importée ou était-elle une invention issue de constatations empiriques faites sur d'autres sites ? Nous pensons que de nouvelles découvertes répondront à notre attente..."

Bibliographie

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau