Nieul-sur-Mer

 

Un ouvrage de référence : Françoise Lafon, Vice-Présidente de la Société d’Archéologie et d’Histoire de l’Aunis, Nieul-sur-Mer, Publications de la Société d’Archéologie et d’Histoire de l’Aunis, n°25, La Rochelle 1993, 43 pages.

Résumé

« Nieul » signifierait « nouveau lieu ». Néanmoins, des sites à sel et des poteries du néolithique (-2500) ont été retrouvées sur le rivage, ainsi que « des objets faisant partie d’un très vaste ensemble dont une tête monstrueuse à trois langues, témoin d’un culte gaulois », un aqueduc souterrain gallo-romain identifié au port du Plomb, des morceaux d’amphore et de poteries gallo-romaines ont aussi été retrouvées près du terrain de golf de la Prée.

La première apparition du mot Nieul dans les textes remonte à des chartes du Xème siècle.

L’église aurait été constuite au XIIIème siècle et elle sortit en mauvais état des guerres de religion avant 1569, mais fut rétablie en 1630, et revenue en bon état en 1649..

Le premier seigneur de Nieul connu fut Claude d’Armagnac. Des seigneurs protestants se succèdèrent à partir de 1541 : Gargoulleau, Pineau, Gobert, puis ce furent les familles Poisson, Lelarge et de Chastenet.

Vingt-six domains d’inégale importance se partageaient le territoire.

La Prée aux bœufs, domaine de vignes, marais salants écluses,  apartenait à l’abbaye des Châteliers de l’île de Ré en 1246, puis aux familles Marois et Cabzaux. Le dernier propriétaire noble en fut le marquis de Maussabré, dépossédé à la Révolution.

Sermaise aurait  pour origine un prieuré fondé par Richard Cœur de Lion.

La Poussarderie appartient en 1364 à Vncent Garrand, co-élu du maire de La Rochelle, Jean Marchand.

Chandeniers est un domaine disparu entre 1776 et 1811.

Au hameau de l’Aubreçay, le domaine du même nom était vaste .

Le domaine de Beauregard, la mairie actuelle, appartint de 1767 à 1812 à des Mac Carty, d’origine irlandaise et propriétaires à Saint-Domingue et à Aytré. Propriété en 1899 du comte de Chièvres et de Carolne de Roquelatour, il fut acheté en 1937 par l’industriel Peder Morch et en 1957 par la municipalité.

Le port du plomb (p29 et 30 in  extenso)

« Depuis l’Antiquité le port a été très fréquenté. C’était un abri sûr pour de petits bateaux et un lieu de ravitaillement en eau douce. Celle-ci arrivait par un aqueduc souterrain, puis  àpar des tuyaux de plomb : l’eau arrivait « au Plomb » (le tuyau). Les plus anciens portulans mentionnent « Plumbo ».

De nombreuses constructions gallo-romaines sur les 2 rives (citernes-four) attestent de son importance. Il est probable qu’il fut fréquenté par les préhistoriques.

Une voie romaine en part, d’ouest en est, passant par Nuaillé d’Aunis et traversant la Gaule.

Dans la partie supérieure du chenal se trouvaient des marais salants  appartenant à des ordres religieux et à des laïcs. En 972, des particuliers donnent des pêcheries à l’abbaye de Saint-Jean-d’Angély. En 1089, Eblé de Mauléon, seigneur de Châtelaillon, donne un terrain pour construire un prieuré, côté l’Houmeau.

Du port partent de petites barques qui exportent le vin et le sel vers les pays du nord.

En 1242, des hommes d’armes attendant leur passage vers l’île de Ré, s’installent à Lauzières pour 8 jours, brûlant, pillant maisons et vignes. L’abbé de Cîteaux demande le remboursement des dégâts.

L’anse, devant le chenal est vaste, elle permet l’évolution des navires. 6 galères espagnoles, à la solde du Roi de France, sont passées en revue devant le chenal, en 1387.

À cette époque la profondeur est suffisante pour que des navires de 120 hommes puissent s’abriter dans le chenal.

En 1618, une baleine échouée est vendue au profit du seigneur de Laleu. C’était un droit du seigneur.

Lorsque Colbert cherche un lieu pour implanter un port de guerre sur l’Atlantique, ses ingénieurs parcourent le pays. La configuration des lieux le séduit ; les habitants ne parlent pas de l’envasement et il s’en fallut de peu que le Plomb ne soit retenu. C’est finalement Rochefort qui fut choisi.

L’envasement est un souci permanent. En 1808, on approfondit, mais les galets déposés sur le chemin de halage gênent. En 1812, le chenal est redressé. En 1876 on procède à l’élargissement du chenal et on rehausse les côtés.

En 1908, à nouveau, curage du chenal. En 1928 pose d’un feu à la jetée de Lauzières.

À l’heure actuelle les salines sont abandonnées. Les gens de Lauzières cultivent les huîtres et le chenal ne peut pas être remonté bien loin. »

 

Louis-Etienne Arcère,  Histoire de la ville de la Rochelle et du Pays d’Aulnis, La Rochelle, 1754.

 « La Terre de Nieuil est un Fief relevant de l’ancien Château de la Rochelle : c’est un Domaine engagé par le Roi & divisé par portion. Dans une Charte de l’an 1220, citée par Rymer, il est fait mention d’un Geofroi de Neuil ou Nieuil, ancien Sénéchal de Gascogne pour le Roi d’Angleterre.

En 1569, René Chaudrier qualifié noble homme étoit Seigneur de Nieuil. Il y a contrat d’engagement fait en faveur de Louis Gargouilleau le 16 Juillet 1589, par Thomas de Lorme, moyennant onze cent vingt-six écus-sols. Il paroît par cet actte que de Lorme avoit pouvoir d’aliéner des terres & rentes du Domaine Royal en Aulnis, jusqu’à la concurrence de 4166 écus de rente, au denier douze, au principal de 50000 écus pour les besoins de l’Etat.

Les Frères de la Charité qui gouvernent l’Hôpital de S. Barthelemi de la Rochelle, sont en partie Seigneurs de Nieuil. C’est dans cette Paroisse qu’est renfermée la Seigneurie de la Prée-aux-Bœufs. Cette terre membre autrefois dépendant de l’Abbaye de Notre-Dame des Châtelliers en l’isle de Ré, fut mise en vente par le Procureur de ladite Abbaye, pour satisfaire à la somme de 345 liv. & de 15 écus de rente, que cette Abbaye devoit porter pour sa part de 1500000 liv. & 5oooo écus de rente, accordés alors par aliénation du temporel des Eglises du Royaume, moyennant le prix & somme de 534 trente écus d’or-sols, pour le fort & principal. Les Lettres patentes en date du 28 Janvier 1579, portent confirmation de cette vente faite à Jean le Grand, bourgeois de la Rochelle. »

(http://www.histoirepassion.eu/index.php)

Commentaires (2)

1. perignystory (site web) 20/09/2013

Désolé, mais vous en savez beaucoup plus que moi sur ce thème et je ne peux malheureusement vous être d'aucune utilité. Encore désolé.

2. camuzard 05/09/2013

j'étudie l'histoire de l'abbaye royale des Châtelliers (Fomperron Deux-Sèvres). D'après le cartulaire, il est fait à plusieurs reprises mention de possessions acquises au Plomb, (prieuré vignes maisons...) D'autres documents viennent confirmer cette hypothèse dont la narration d'un différent entre les deux abbayes cisterciennes des Châtelliers, celle de Fomperron et celle de l'ïle de Ré.
Pouvez-vous m'instruire de ce que vous connaissez à ce sujet?
Cela m'aiderait beaucoup dans mes recherches. Merci d'avance

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau