SITEL

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cette filiale du groupe canadien Onex, Installée à Périgny au printemps 2001 avec 50 salariés, sous-traite le service de relations clients de grandes entreprises.

 Le centre d'appels Sitel France employait  600 personnes en 2006, dont 5 % à temps partiel.

Menace sur l'emploi en 2004

Courant 2004, des inquiétudes s'étaient faites jour sur la pérennité du site à la suite du transfert de la hotline de Hewlett-Packard dans une autre unité de Sitel France à Casablanca.

 « A l'époque, ce contrat représentait 80 % de notre activité. Depuis, nous avons obtenu de nouveaux marchés, avec des entreprises comme Noos ou l'assureur AIG, et aujourd'hui notre portefeuille de clientèle est beaucoup plus équilibré : nos deux premiers clients ne représentent pas plus de 30 % du chiffre d'affaires », commentait le responsable, cité par Jean Roquecave dans les echos.fr.

 annonce le 03 avril 2006 que Sitel France crée 250 postes à La Rochelle

Les Echos n° 19639 du 03 Avril 2006 • page 18

"Le centre d'appels Sitel de Périgny, dans la banlieue de La Rochelle, a créé 250 emplois grâce à la 
signature d'un contrat avec Pages Jaunes, qui assure à l'entreprise une partie du trafic du service de renseignements téléphoniques 118 008, opérationnel aujourd'hui (lire page 25). « Cela représente 1 million d'appels par mois, explique Pascal Capellari, directeur du site. Compte tenu des particularités de ce service, qui fonctionnera vingt-quatre heures sur vingt-quatre, et des amplitudes horaires que cela induit, 30 % de ces emplois sont à temps partiel. » Installé au printemps 2001 avec 50 salariés, Sitel France emploie aujourd'hui 600 personnes, dont 5 % à temps partiel.

Nouveaux marchés 
Courant 2004, des inquiétudes s'étaient fait jour sur la pérennité du site à la suite du transfert de la hotline de Hewlett-Packard dans une autre unité de Sitel France à Casablanca. « A l'époque, ce contrat représentait 80 % de notre activité. Depuis, nous avons obtenu de nouveaux marchés, avec des entreprises comme Noos ou l'assureur AIG, et aujourd'hui notre portefeuille de clientèle est beaucoup plus équilibré : nos deux premiers clients ne représentent pas plus de 30 % du chiffre d'affaires »,commente le responsable. Outre Périgny, Sitel France compte deux autres centres d'appels, à Paris, siège social de l'entreprise (200 salariés), et à Casablanca, où travaillent 350 personnes. Une quatrième implantation doit ouvrir courant avril au Maroc avec une centaine de salariés. La société, qui a réalisé un chiffre d'affaires de 31 millions d'euros en 2005, est une filiale du groupe américain Sitel, basé à Omaha (Nebraska), numéro trois mondial des centres d'appels avec 34.000 employés dans 34 pays et un chiffre d'affaires de 1,04 milliard de dollars en 2005 (870 millions d'euros), contre 956 millions en 2004."

JEAN ROQUECAVE
 
Outre Périgny, Sitel France comptait deux autres centres d'appels, à Paris, siège social de l'entreprise (200 salariés), et à Casablanca, où travaillaient 350 personnes. Une quatrième implantation devait ouvrir courant avril 2004 au Maroc avec une centaine de salariés.

Sarko chez Sitel : une visite ministérielle

Sud-Ouest du 19 Avril 2004 relatait ainsi -dans la grande tradition des sous-préfets aux champs-  la visite du ministre de l'économie Nicolas Sarkozy .

Menace sur l’emploi en 2009

Les travailleurs de la plate-forme se mirent en grève, le 10 juillet 2009 pour l’amélioration de  leurs conditions de travail, connues pour leur pénibilité. Ils protestaient aussi contre le non-versement d’une prime de vacances de 213 € pourtant prévue dans la convention collective.

 À la colère,  s’ajoutait l’inquiétude face à la menace de 200 suppressions d’emplois.

En effet, la défection de l'un de ses deux principaux donneurs d'ordres,  le groupe AIG (assurances et services financiers) permettait l’annonce de la décision de délocaliser des prestations jusque-là sous-traitées à La Rochelle. Cette annonce laissait craindre un plan social d'envergure.

La grève fut suivie par 85% des 674 salariés.

Les syndicats soulagés

Mais finalement, le groupe annonça officiellement fin 2009, la signature de deux nouveaux contrats, gages non seulement de survie mais aussi de développement pour le site de Périgny.

Quelque 500 personnes devaient rejoindre les équipes du site, ses effectifs doublant ainsi et devant frôler à la fin de l'année 2010 la barre des 1 000 salariés.

140 personnes furent recrutées en avril 2010. Voir l'article de Sud-Ouest : Sitel recrute.

Les syndicats se félicitaient de ces nouvelles très positives. Si l'avenir était à nouveau dégagé, la direction resta toutefois prudente : elle ne souhaita pas pour l'heure récupérer les dix places de la crèche interentreprises de Périgny, auxquelles elle avait renoncé, au plus fort de la crise.

Des conditions de travail dégradantes

Tout ne va pas si bien cependant à SITEL et les conditions de travail qui avaient déjà motivé une grève en 2010, ne vont pas en s'améliorant. La direction mène une chasse à l'absentéisme qui provoque un débrayage fin février 2012. Voir l'article de Sud-Ouest : Périgny (17) "Sitel mène une ploitique du coup de bâton."

 

 

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau