Sparcraft et Deck

Publié le 12/04/2013 à 15h07 
 par Philippe Baroux

0

deck.png 

Périgny : la société Sparcraft en voie d'être sauvée

Le groupe Deck est en passe de reprendre l'activité du fabricant de mâts et de gréements. Décision du tribunal le 25 avril

Joël Uhel et Martial Troussaut représentent les salariés rochelais de l'entreprise. (Pascal Couillaud )

 Les salariés du groupe nautique Losange et de ses filiales, dont RDM Sparcraft et Sparcraft Rigging, célèbres fabricants de mâts et de gréements à Périgny, gardent bon espoir de voir le groupe Deck reprendre l'activité. Le tribunal de commerce de Cherbourg, dans le ressort duquel se trouve le siège social du groupe Losange, examinait jeudi dernier l'offre de reprise. Il rendra son jugement le 25 avril.

Les trois représentants des salariés rochelais qui assistaient à l'audience, dont Martial Troussaut, le responsable de production de Sparcraft Rigging, et Joël Uhel, le secrétaire CGT du comité d'entreprise, sont rentrés dans la nuit de jeudi à vendredi porteurs d'échos positifs. Ils ont bon espoir que le tribunal de commerce accède au projet de reprise de l'équipementier Deck, basé à Thiers. Une entreprise connue dans la filière nautique pour exploiter une autre célèbre marque d'accastillage, Wichard.

La grande majorité des 77 emplois du groupe Losange seront conservés. Seuls cinq postes seraient supprimés. Par ailleurs, l'investisseur qui engagerait près de 400 000 euros pour racheter les actifs de Losange, réinjecterait entre 3 et 3,5 millions d'euros pour moderniser l'outil de production. S'appuyant sur la reconnaissance de la marque Sparcraft par la clientèle - pour l'essentiel les chantiers nautiques-, et sur les savoir-faire des salariés, le repreneur a pris l'engagement de maintenir l'implantation des sites de production de Périgny et de Saint-Vaast-la-Hougue. 

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau