Lulu, je te plumerai...

À Périgny, bourg rural, les édiles locaux s'adonnent à la chasse et l'époque (fin du XIXème siècle)  ne se sent pas encore concernée par la protection des espèces animales.

Aussi, le 22 août 1897, "sur la proposition de plusieurs conseillers, l'assemblée municipale émet le voeu que la chasse à l'alouette dite lulu soit autorisée pendant toute la durée de la chasse."

 

Ce n'est qu'à la fin du XXème siècle que l'Alouette lulu bénéficia d'une protection totale sur le territoire français depuis l'arrêté ministériel du 17 avril 1981 relatif aux oiseaux protégés sur l'ensemble du territoire. Il est donc maintenant interdit de la détruire, la mutiler, la capturer ou l'enlever, de la perturber intentionnellement ou de la naturaliser, ainsi que de détruire ou enlever les œufs et les nids, et de détruire, altérer ou dégrader son milieu. Qu'elle soit vivante ou morte, il est aussi interdit de la transporter, colporter, de l'utiliser, de la détenir, de la vendre ou de l'acheter !

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau