L'église Saint-Cybard de Périgny

Cliquez ici pour voir un bref historique de l'église

L'église, de style gothique, est inscrite à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques depuis 1925. Restaurée en 1854, on lui adjoignit une sacristie en 1858 et la partie supérieure de la façade fut aussi reconstruite, tandis que le clocher fut refait en 1879 et encore en 1935.

“C'est une église à trois nefs, comportant chacune trois travées de voûtes. Les voûtes, derrière la façade ouest, ont été refaites lors de la reconstruction de la partie haute de cette façade. La partie haute de la façade orientale a également été refaite. La charpente et la couverture semblent avoir été refaites lors de la restauration de 1875. A cette même époque fut ajouté, au sommet de la façade ouest, un campanile. La façade s'ouvre par deux portails gothiques, celui de gauche étant de style flamboyant.“ (médiathèque de l'architecture et du patrimoine, base Mérimée)

 

 

On  trouve à l'intérieur 4 tableaux classés par le ministère de la culture : Un "Christ en croix avec Marie-Madeleine", une "Sainte-famille", une "Vierge avec Saint-Augustin et une sainte", une "Vierge à l'enfant donnant le rosaire". (Il manque ici la "Sainte famille".) Ces toiles ont été restaurées en 1994 par la DRAC pour 100 000 F.

Vierge avec Saint-Augustin et une Sainte                                            Vierge à l'enfant donnant le rosaire                                           Christ en croix avec Marie-Madeleine

Décryptons  sa description :

"La nef forme un édifice à 3 vaisseaux coiffé de voûtes à croisées d'ogives dont les voûtains  ont été refaits en brique dans la première travée. ("voûtain = quartier, portion de voûte )

Voûte à croisée d'ogives                                                                                      Voûtains refaits en briques 

Au-delà de la croisée du transept, le choeur authentiquement flamboyant  fut ajouté au XVIIème siècle ;("flamboyant = se dit d'un style caractérisant la dernière période de l'évolution de l'art gothique. Ce style fut ainsi nommé vers 1830 par l'archéologue Auguste Le Prévost, en raison des fenestrages à réseaux ondoyants comme des flammes qui sont une de ses caractéristiques. Apparu à la fin du XIVème siècle, il s'est prolongé jusqu'à la fin du XVIème, particulièrement en France, dans les pays d'Europe du Nord et dans l'Empire germanique."Grand Larousse Encyclopédique)

 de grosses piles rondes aux bases polygonales, soutiennent des voûtes à liernes ("liernes = nervures sous la ligne de faîte d'une voûte" -G.L.E.) dont les nervures s'achèvent entièrement en pénétration dans celle-ci ; des clés de voûte et quelques figurines à la rencontre des liernes et des doubleaux (doubleau = arc faisant saillie sous l'intrados (intrados = surface intérieure d'un arc d'une voûte quelconque délimitée par des arêtes ou des nervures"-G.L.E.))agrémentent le décor.

grosse pile ronde 

           Voûte à liernes

 

 

Doubleaux

 

 

De grandes baies éclairent cette partie... 

 

 

 

 La façade (...) comporte sur le bas-côté Nord, un beau portail du XVème siècle avec voussures (voussure = montée d'une voûte-G.L.E.)se terminant en accolade, limitant et créant un petit tympan (tympan = surface pleine ou ajourée comprise entre le linteau et les deux rampants d'un fronton -G.L.E.)portant des armoieries.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Deux dragons s'accrochent aux pinacles  d'angles." (pinacle = dans l'architecture gothique, amortissement pyramidal, de forme élancée, des contreforts et des culées d'arcs-boutants -G.L.E.)

 

 

 

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau